Odile Laresche

"Le bestiaire camapagnard d'Odile Laresche"

Franchir le pont sur le Néant, pas de Charon à l’horizon, et prendre immédiatement à gauche.

À une centaine de mètres se dressent les bâtiments de briques et de torchis plus que centenaires de l’ancienne ferme.

C’est dans ce cadre bucolique et empreint de quiétude, entre le caquètement des poules et les aboiements affectueux des chiens, qu’Odile Laresche a planté son chevalet.

Et après tout, quoi de plus logique pour un peintre animalier ?